Skip to content
Key findings
  • Près des deux tiers (64%) des Burkinabè pensent que l’orientation actuelle du pays s’inscrit dans la mauvaise direction.
  • Plus de la moitié des enquêtés (52%) affirment que la situation économique du pays est assez mauvaise voire très mauvaise.
  • Par contre, presque la moitié (47%) des enquêtés disent que leurs propres conditions de vie sont bonnes, tandis que 43% les considèrent comme mauvaises
  • Près de la moitié (46%) des enquêtes affirment que les conditions économiques du pays se sont empirées comparées à il y a 12 mois, contre un quart (25%) qui pensent qu’elles se sont améliorées.
  • Cependant, six Burkinabè sur 10 (60%) pensent que les conditions économiques du pays seront « meilleures » ou « bien meilleures » dans une période de 12 mois
  • Neuf Burkinabè sur 10 (89%) affirment avoir vécu un manque de revenus en espèces au moins quelques fois durant les 12 derniers mois, et quatre sur 10 avouent qu’il leur est arrivé au moins quelques fois de faire face à un manque d’eau potable (39%) et un manque de soins médicaux (40%).
  • Trois Burkinabè sur 10 (32%) estiment être « quelques fois », « souvent », ou « toujours » traités injustement par le gouvernement sur la base de leur situation économique.
  • Plus de la moitié des Burkinabè ont une bonne appréciation des efforts du gouvernement pour l’amélioration des services de santé de base (56%) et la satisfaction des besoins en éducation (56%). Mais bien peu de citoyens ont une bonne appréciation de ses actions pour l’amélioration des conditions de vie des pauvres (35%) et pour la création d’emplois (32%).

En plus d’être confrontés à d’immenses défis sécuritaires et humanitaires depuis quelques années, les Burkinabè font face à une situation économique difficile. Même avant l’arrivée de la pandémie de la COVID-19, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel annuel du pays s’est ralentie en 2019, et le secteur agricole, qui emploie 80% de la population active, a été caractérisé par une campagne déficitaire en ce qui concerne la production céréalière (Institut National de la Statistique et de la Démographie, 2019).

Selon la dernière enquête Afrobarometer, menée en décembre 2019, la majorité des Burkinabè pensent que l’orientation actuelle du pays s’inscrit dans la mauvaise direction et que la situation économique du pays est assez mauvaise. Parmi les besoins fondamentaux non-satisfaits, c’est surtout le manque de revenus en espèces auquel la grande majorité fait face, mais des proportions importantes de la population manquent également au moins
« quelques fois » de nourriture, de l’eau potable, et des soins médicaux.

Malgré leurs critiques de la performance gouvernementale en matière des questions économiques, les Burkinabè sont partagés sur leurs propres conditions de vie, et ils demeurent majoritairement optimistes sur les conditions économiques du pays pour les 12 mois à venir.

Agnès Kaboré

Agnès Kaboré est statisticienne au Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD), Ouagadougou.

Augustin Loada

Augustin Loada, professeur de droit public et de science politique, est le coordonnateur général de l’enquête d’Afrobarometer au Burkina Faso.