Skip to content

Plus de la moitié des Africains connaissent le manque de soins médicaux au moins une fois au cours d’une année donnée, selon une nouvelle analyse des données d'enquêtes d'Afrobarometer. Sur l'ensemble du continent, les citoyens considèrent la santé comme la deuxième plus grande priorité nationale à laquelle ils souhaiteraient que leurs gouvernements s'adressent.

Avant même le risque de voir la demande de soins exploser en raison du COVID-19, un Africain sur cinq environ, dont près des deux tiers des citoyens les plus pauvres, étaient fréquemment confrontés au manque des services de soins de santé nécessaires.

Publiés en prélude à la Journée Mondiale de la Santé (7 avril), ces résultats d'enquêtes nationales réalisées dans 34 pays africains offrent un aperçu d'avant COVID-19 des expériences des Africains et de leurs évaluations des systèmes de santé publique souscrivant à l’Objectif de Développement Durable (ODD) No. 3 des Nations Unies, à savoir « santé et bien-être » pour tous.