Skip to content
Key findings
  • Plus de trois-quarts (77%) des Nigériens pensent qu’au moins « certains » hommes et femmes d’affaires sont corrompus, y compris 37% qui disent que « tous » ou « la plupart d’entre eux » sont impliqués dans les affaires de corruption.
  • Derrière les hommes et femmes d’affaires, les plus corrompus, aux yeux des citoyens, sont les policiers et gendarmes, les officiels du gouvernement, et les députés à l'Assemblée Nationale.
  • Les chefs religieux sont les plus corrects au Niger, avec 43% des Nigériens qui estiment qu’aucun d’eux n’est corrompu. Ils sont suivis par les ONG (33%), et les chefs traditionnels (30%).
  • Sept Nigériens sur 10 (70%) pensent que le citoyen ordinaire ne peut rien faire pour lutter contre la corruption, et à peu près la même proportion (68%) affirment qu’on risque des représailles en signalant des actes de corruption.
  • La majorité (57%) de la population estiment que les autorités luttent mal contre le fléau.

Le phénomène de la corruption est assez ancré au Niger, à en croire Transparency International (2018), qui classe le pays 114ème sur 180 pays. Face à ce fléau, la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a été mise sur pied en 2011. Mais malgré ce mécanisme, la corruption gangrène encore le pays, avec 62% des Nigériens qui pensent qu’elle a augmenté, selon la plus récente enquête Afrobaromètre effectuée dans le pays.

Les Nigériens désignent les hommes et femmes d’affaires, les policiers et gendarmes, ainsi que les dirigeants politiques comme les groupes les plus corrompus du pays. A contrario, les chefs religieux, les organisations non-gouvernementales (ONG), et les chefs traditionnels sont les groupes perçus comme les moins corrompus du Niger.

Par ailleurs, les Nigériens sont pessimistes quant à la possibilité du citoyen lambda de lutter contre le fléau, perception qui peut se comprendre quand on constate que la majorité de la population craint des représailles à dénoncer le phénomène. Mais une disparité est vite établie quant à la possibilité qu’a le citoyen à corrompre pour obtenir certains avantages: Les plus nantis sont perçus comme plus capables de faire usage de pots-de-vin que les moins nantis.

Cet état de choses est d’une importance capitale, étant donné que de tels résultats précisent aux décideurs politiques un pan essentiel de leurs défis, avec 57% de leur population qui pensent que le gouvernement lutte mal contre la corruption.

Moumouni Adamou

National project investigator at LASDEL

Amadou Seyni Toumane

Project data manager at LASDEL