Skip to content
Key findings
  • La majorité (60%) des Maliens pensent que les conditions climatiques en ce qui concerne la production agricole se sont empirées durant les 10 dernières années. Les agriculteurs maliens sont d’accord, à 64%.
  • Deux-tiers (66%) des Maliens affirment que les sécheresses se sont aggravées ces dernières années.
  • Le concept de « changements climatiques » est connu par plus que six Maliens sur 10 (64%), et la plupart d’entre ceux-ci (74%) l’assimilent à des changements négatifs tels que plus de sécheresse, d’inondations, ou d’extrême chaleur.
  • Un peu moins de la moitié (47%) des Maliens pensent que les changements climatiques sont causés par les activités humaines contre 38% qui les attribuent à des procédés naturels.
  • Plus que sept Maliens sur 10 (72%) affirment que les changements climatiques ont empiré la vie au Mali.

A l’instar de tous les pays de l’Afrique de l’Ouest, le Mali est frappé par un changement climatique très avarié. A cet effet, l’économie malienne, essentiellement basée sur l’agrosilvopastorale, fait face à des conséquences graves, y compris la baisse de la pluviométrie de 30% depuis les années 1998 et l’intensification de l’insécurité alimentaire (Stewart, 2013; Arsenault, 2015). Le Président Ibrahim Boubacar Kéita a montré son inquiétude par rapport aux conséquences du changement climatique: « J’ai vu de mes propres yeux le fleuve Niger disparaître dans les sables, au fil des mois » (New York Times, 2015). Le Comité National de Changements Climatiques (CNCC), lors de sa feuille de route et son plan d’investissement pour la mise en œuvre de la contribution déterminée nationale du Mali, vise à ralentir l’avancé du Sahara qui est estimé à 48km par an.

Les résultats les plus récents des enquêtes Afrobaromètre donnent un aperçu des expériences vécues et des avis des Maliens sur les manifestations, les causes, et les effets des changements climatiques, ainsi que la lutte contre cette menace.

La majorité des Maliens y compris la majorité des agriculteurs estiment que les conditions climatiques s’agissant de la production agricole se sont empirées, surtout la gravité des sécheresses. Les citoyens connaissent le concept des « changements climatiques » et les attribuent plus aux activités humaines qu’aux procédés naturels. Majoritairement, les Maliens estiment que les changements climatiques ont empirés la vie dans leur pays.

Cependant, une proportion importante de la population malienne reste mal informée au sujet du changement climatique et de ses causes. La présente analyse est une opportunité pour la poursuite de l’éducation du publique pour construire un consensus national pour l’action.

Boubacar Bougoudogo

Boubacar Bougoudogo est chercheur au Groupe de Recherche en Economie Appliquée <br /> et Théorique (GREAT), le partenaire national d’Afrobarometer au Mali

Massa Coulibaly

Massa Coulibaly is a research economist in the Groupe de Recherche en Economie <br /> Appliquée et Théorique (GREAT)