Skip to content
Dispatch

AD217: La peur et l’expérience de la criminalité augmentent au Bénin

2 Jul 2018 Benin
Download

AVAILABLE ONLY IN FRENCH.

L’une des fonctions régaliennes de tout état est d’assurer la sécurité des personnes et des biens. L’insécurité et les crimes apparaissent comme l’une des menaces à la qualité de vie ainsi qu’une des barrières au développement des nations (Moser & McIlwaine, 2004). 

Au Bénin, les questions sur la sécurité se retrouvent au cœur des actualités, notamment sur les braquages à main armée, la disparition des enfants dans les écoles primaires et des collèges d'enseignement ainsi que la cyber-criminalité. C’est dans ce contexte que les gouvernants du Bénin ont mis en place certaines réformes dans l’optique de renforcer la sécurité. Nous pouvons citer, entre autres, la fusion de la police et de la gendarmerie en un seul corps, appelé Police Républicaine, avec un budget autonome (fonds de sécurité), sans oublier la dotation des nouveaux véhicules et motos aux forces de sécurité.

Selon les données des enquêtes Afrobaromètre, l’insécurité semble effectivement être à la hausse au Bénin. La peur ainsi que l’expérience de criminalité ont vu des accroissements importants. Des proportions non-négligeables craignent également les violences politiques, et la majorité des citoyens sont prêts à lâcher leur droit à la libre circulation en cas de menace à la sécurité publique.

Néanmoins, la majorité approuvent la performance du gouvernement dans la prévention de la violence politique et des conflits violents entre communautés. C’est dans la réduction de la criminalité que seulement une minorité approuvent les efforts gouvernementaux. 

Share
Language
Countries