Skip to content
Key findings
  • La majorité des Maliens (53%) estiment mauvaises leurs conditions de vie actuelles
  • La pauvreté vécue a reculée depuis 2008: La proportion de citoyens mieux nantis a doublée (de 6% en 2008 à 13% en 2014), et une partie des « pauvres » et des « plus pauvres » semblent être devenue des « pauvres occasionnels ».
  • Concernant les services de base, celui du réseau GSM a une plus grande couverture du territoire nationale (91%) que les services de l’eau potable (44%), de l’électricité (32%), et d’évacuation d’eaux usées (14%).
  • Pour les Maliens, le développement agricole, la santé, et l’éducation sont les secteurs prioritaires à promouvoir si jamais le gouvernement devrait augmenter ses dépenses d’investissement.
  • Un tiers (35%) des Maliens se sont sentis en insécurité dans leur quartier au moins une fois pendant l’année écoulée, mais dans les trois régions du Nord, c’était plus que le double.

This paper is only available in French.

La majorité des Maliens jugent que leurs conditions de vie sont mauvaises, même si la pauvreté vécue par certaines couches de la population semble avoir légèrement reculée, selon la dernière enquête d’Afrobaromètre.

Malgré une hausse de la proportion de Maliens mieux nantis (de 6% de la population en 2008 à 13% en 2014), le cadre de vie reste encore à améliorer, selon les citoyens enquêtés. Très peu de zones bénéficient de tous les services publics de base, surtout en milieu rural, et certains services essentiels – comme l’assistance de la police et des tribunaux – sont souvent difficile à obtenir.

L’enquête révèle également que pour accroitre leur bien-être, les Maliens préconisent une augmentation des dépenses d’investissement gouvernementales liées au développement agricole, au secteur de la santé, et à l’éducation.

Massa Coulibaly

Massa Coulibaly is a research economist in the Groupe de Recherche en Economie <br /> Appliquée et Théorique (GREAT)