AD328: Les Guinéens veulent un gouvernement responsable et la limitation des mandats présidentiels

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2019
328
Thomas Isbell, Sadhiska Bhoojedhur, and Aliou Barry

En Guinée, les élections ont rarement été une sinécure. Retards, conflits, et violence ont marqué beaucoup d'élections alors que de nombreuses formations politiques s'affrontaient et que les forces de sécurité s’opposaient aux manifestants dans la rue.

Les élections municipales programmées pour 2010, par exemple, ont été retardées de huit années en raison du manque de financement, des conflits politiques, et de l'épidémie d’Ebola (News24, 2018). Lorsqu'elles ont finalement été organisées en février 2018, l'opposition a lancé des accusations de fraude électorale et la violence a éclaté dans les rues, tuant plus de 10 personnes. Il a fallu plus de six mois aux partis au pouvoir et de l'opposition pour s'accorder sur les résultats finaux des élections – un accord qui a rapidement volé en éclats, sous la pression davantage de conflits politiques (Corey-Boulet, 2018).

De même, les élections parlementaires ont été reportées à plusieurs reprises, résultant également en des manifestations et des actes de violence. Dans de nombreux cas, les forces de sécurité et armées ont été accusées de faire un recours excessif à la force contre les manifestants (Human Rights Watch, 2018).

Ces dernières semaines, les manifestations contre la possibilité d’une révision de la Constitution susceptible de permettre au Président Alpha Condé de briguer un troisième mandat sont devenues mortelles lorsque la police a ouvert le feu contre les manifestants (Samb, 2019; Corey-Boulet, 2018; Africanews, 2019). Dans ce contexte, il est peu certain que les élections présidentielles de 2020 tiennent comme prévu.

Nous nous servons, dans cette dépêche, des données d'enquête d'Afrobarometer pour analyser la perception que les Guinéens ordinaires ont de leurs élections. Nous observons un soutien massif au choix des dirigeants à travers des élections libres et transparentes, quand bien même une majorité de citoyens n'ont pas confiance en la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et pensent que la compétition multipartite conduit souvent à de violents conflits.

La plupart des Guinéens sont en faveur de la limitation à deux des mandats du Président. Quant aux modifications du code électoral, les Guinéens sont en faveur de permettre aux candidats indépendants de se présenter aux élections et d'exiger des quotas-genre en vue de favoriser l'élection des femmes.

Contenu connexe