AD94: La corruption au Cameroun: Perceptions publiques et moyens de lutte

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Filter content by:

Appréciation des efforts gouvernementaux de lutte contre la corruption, Cameroun, 2015
Dispatches
2016
94
Gérard-José Ebodé

This document is only availble in French.

Selon les citoyens camerounais, la corruption est un phénomène bien ancré dans l’administration publique ainsi que dans le secteur privé. Pire, près de la moitié des Camerounais affirment que le niveau de la corruption a augmenté pendant l’année écoulée, et la majorité trouvent inefficace la politique de lutte contre la corruption du gouvernement, y compris l’ « Opération Epervier ».

Pour près de la moitié des Camerounais, « tous » ou « la plupart » des membres du gouvernement sont impliqués dans des affaires de corruption. De même, les policiers, les agents des impôts, les hommes d’affaires, et les magistrats sont majoritairement perçus comme corrompus. Par contre, les chefs religieux et les chefs traditionnels sont moins perçus comme corrompus.

Plus de la moitié des Camerounais pensent que les citoyens peuvent faire la différence dans la lutte contre la corruption, surtout en refusant de payer des pots-de-vin et en signalant les cas de corruption. Mais presque tous les citoyens qui paient des pots-de-vin pour obtenir des services publics ne signalent pas ces cas de corruption aux autorités.

Près des deux-tiers des Camerounais pensent que les médias doivent enquêter sur les cas de corruption et les erreurs du gouvernement, et plus de la moitié trouvent que les médias sont efficaces dans ce travail.