AD79: Utilisation des revenus pétroliers: Les Gabonais prônent pour une prospérité partagée

Introduction

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Filter content by:

Efficacité gouvernementale dans l’utilisation des revenus pétroliers | Gabon | 2015
Dispatches
2016
79
Richard Houessou et Christian Wali Wali

ONLY AVAILABLE IN FRENCH.

A l’instar de certains pays de l’Afrique Centrale, le Gabon tire profit des revenus du pétrole, et ce depuis 1958. Les dernières statistiques de la Direction Générale de l’Économie du Gabon (2015) montrent que le pétrole contribue à hauteur de 44% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Il représente environ 49% des recettes du budget global et 85% des recettes d’exportation. Même si une baisse de la production, ainsi que du prix sur le marché international, réduit le pouvoir actuel de l’or noir, il reste un pilier de l’économie gabonaise.

Mais selon la plus récente enquête Afrobaromètre, les citoyens estiment majoritairement, et  avec un sentiment fort, que les recettes liées au pétrole sont inefficacement utilisées dans l’amélioration des conditions de vie du pays.

Les Gabonais pensent que le gouvernement devrait utiliser des revenus pétroliers pour répondre aux besoins actuels du pays, pour financer des projets ayant un grand avantage socio-économique sur les citoyens, et pour des transferts d’argent à tous les citoyens. Au contraire, très peu de Gabonais estiment que le gouvernement devrait créer un fond spécial dédié au développement de la région où la ressource pétrolière du pays est située.

En somme, aux yeux des Gabonais, les revenus pétroliers devraient permettre la prospérité partagée.