BP64: Les Malgaches et la démocratie : principes, fonctionnement, participation

Introduction

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Notes informatives
2009
64
Razafindrakoto, Mireille, Razafindrazaka, Désiré et Wachsberger, Jean-Michel

La démocratie nécessite qu’un certain nombre de libertés soient respectées, telles que la libertéd’expression, la liberté de presse ou encore la liberté d’organisation. Interrogés sur ces libertés, lesMalgaches se montrent dans leur très grande majorité attachés à leur respect. 72 % des adultes disentainsiqu’ils sont tout à fait d’accord ou plutôt d’accord pour que les médias d’information soient libres depublier n’importe quel article qu’ils considèrent justifié, sans crainte d’être fermés, 74 % que les individusdevraient se sentir libre d’adhérer à n’importe quelle organisation, que le gouvernement le veuille ou nonet 68 % pensent que les gens devraient être libresd’exprimer leurs pensées politiques, sans influence dugouvernementi. A l’inverse, moins de 15 % des Malgaches expriment leur accord pour une limitation deces libertés.   Par rapport à 2005, cette demande de libertés démocratiques apparaît souvent plus importante (plusd’individus au total l’expriment) et systématiquement plus affirmée (plus d’individus disent être tout à faitd’accord avec une liberté sans condition). C’est particulièrement évident pour la liberté de presse,demandée par 72 % des Malgaches en 2008 contre 51 % en 2005 et très fortement valorisée par  32 %d’entre eux (contre 7 % en 2005).