BP149: Au Sénégal, les progrès en education à la traîne malgré les investissements

Introduction

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Briefing papers
2014
149
Sall, Ibrahima and Babaly Sall

Dans la littérature économique, beaucoup de spécialistes s’accordent sur l’impact positif de l’investissement en capital humain sur la croissance économique. Dans le cadre du plan mondial pour atteindre l’éducation pour tous et à travers les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), la demande pour une éducation de qualité et l’augmentation de ressources mises à disposition pour l’éducation primaire se posent comme un défi à relever par les  pays en développement. Fort de ce constat, l’état du Sénégal a consenti des investissements importants dans le secteur de l’éducation. En effet, depuis 2005, le budget alloué à l’éducation représente 40% du budget de fonctionnement de l’état du Sénégal (hors dépenses communes et hors services de la dette). Le volume de ressources publiques mobilisées a fortement augmenté depuis le démarrage du Programme Décennal pour l’Education et la Formation 2000–2010 (PDEF). Par ailleurs, le PDEF est devenu le creuset de toutes les stratégies éducatives contenues dans le Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP).

Contenu connexe