AD69: Malgré un certain progrès, les infrastructures de base demeurent un défi en Afrique

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Malgré un certain progrès, les infrastructures de base demeurent un défi en Afrique - infographique
Dépêches
2016
69
Winnie V. Mitullah, Romaric Samson, Pauline M. Wambua, et Samuel Balongo

Les infrastructures constituent le soubassement du développement. Contingent indispensable d'un environnement favorable à l'investissement et au gagne-pain, une infrastructure adéquate favorise la croissance économique, réduit la pauvreté, et améliore la prestation des soins de santé et d'autres services (Banque Mondiale, 2014; Wantchekon, 2014). La Banque Africaine de Développement (BAD), dont la Stratégie 2013-2022 fait du développement des infrastructures l’une de ses cinq priorités opérationnelles, note que « l’Afrique a encore des besoins massifs en infrastructures » et n’investit pourtant que 4% de son produit intérieur brut (PIB) en infrastructures, comparée à la Chine qui en investit 14%. La BAD estime que « combler le besoin en infrastructures pourrait augmenter la croissance du PIB d’environ 2 points de pourcentage chaque année » (Banque Africaine de Développement, 2013).

Les dirigeants politiques et les citoyens ordinaires reconnaissent et affirment tous l'importance du développement des infrastructures en Afrique. Sous le leadership de l'Union Africaine, du Nouveau Partenariat Économique pour le Développement en Afrique (NEPAD), et de la BAD, le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique est conçu pour régler un « déficit en infrastructures en Afrique [qui] pénalise la croissance et le développement du continent. » Comme l’a dit le Président sud-africain Jacob Zuma lors du lancement du programme en 2010, « l’heure de l'Afrique a sonné, et sans infrastructures, nos rêves ne se réaliseront jamais » (Nouveau Partenariat Économique pour le Développement en Afrique, 2010).

Tout comme leurs dirigeants, les citoyens africains appellent à de plus grands investissements en infrastructures. A la question de savoir les problèmes qu'ils considèrent les plus importants de leur pays, 22% des répondants aux enquêtes d'Afrobaromètre dans 32 pays ont mentionné les infrastructures et le transport parmi les trois questions principales auxquelles le gouvernement devrait trouver s’attaquer – seuls le chômage, la santé, et l'éducation étaient classés plus prioritaires (Voir la dépêche précédente sur les priorités populaires). Quant à leurs priorités en matière de dépense accrue de la part du gouvernement parmi six secteurs principaux, environ un répondant sur quatre ont indiqué accorder la priorité aux infrastructures.

Cliquez sur "Télécharger maintenant" ci-dessous pour le rapport complet . Pour le communiqué de presse , cliquez ici.

Contenu connexe