AD269: Au Bénin, la radio et la télé toujours en tête malgré une avancée des nouveaux médias

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2019
269
Victor Emmanuel Ekwa Bebe III

Les sources d’information, au fil des années, ont évolué technologiquement et se sont diversifiées. Au Bénin, à la presse écrite d’abord coloniale puis indépendante s’est ajouté en 1957 la première station nationale de radiodiffusion, appelée aujourd’hui Radio Bénin, qui à ce jour compte plusieurs démembrements et fait face depuis un quart de siècle à la concurrence des privés. La télévision a vu le jour en 1978, Internet au milieu des années 1990, et les réseaux sociaux vers le milieu des années 2000.

Face aux mutations continues des technologies, les habitudes des Béninois de consommation d’informations sont également en évolution. Depuis sept ans, on observe une nette progression d’Internet et des réseaux sociaux comme sources d’information dans la vie des Béninois, tandis que les médias classiques (radiodiffusion et télévision) perdent du terrain, selon la plus récente enquête Afrobaromètre. Cependant, malgré ces mouvements dans le temps, la radio demeure toujours la première source d’information, loin devant la télévision, les réseaux sociaux, Internet, et les journaux.

L'enquête démontre que les hommes sont plus assidus que les femmes en termes de quête d’information, tous médias confondus. De même, les habitants des zones urbaines ont la même dominance sur ceux des zones rurales, tandis que les plus instruits marquent davantage leur soif d’information comparativement aux moins instruits. En outre, les plus nantis s’affirment comme les plus à même de recevoir les informations, contrairement à ceux qui souffrent les affres de la pauvreté.

Cependant, s’agissant de l’âge, les résultats sont mitigés pour ce qui concerne la radiodiffusion, la télévision, et les journaux comme sources d’information, alors que pour ce qui est des réseaux sociaux et d’Internet, les plus jeunes sont les plus fréquents à utiliser ces outils pour s’informer.

Ces résultats montrent à suffisance le lien entre la fréquence d’utilisation des sources d’information et le niveau d’instruction, le niveau de vie, le milieu d’habitation, et même le sexe des citoyens. Par ailleurs, si les jeunes Béninois s’affirment comme prédominants sur les nouveaux modes d’information, ce qui interpelle quant au meilleur moyen de communiquer avec cette couche de la population, la radio demeure encore la piste idoine pour toucher l’ensemble du peuple.

Contenu connexe