Les Burkinabé affirment leur soutien de la démocratie, rejettent le régime militaire comme méthode de gouvernance

La démocratie

La grande majorité des Burkinabé préfèrent la démocratie à toute autre forme de gouvernance et affirment que les élections sont la meilleure méthode pour choisir les dirigeants du pays, selon une nouvelle enquête d’Afrobaromètre.

Une nette majorité rejette le régime militaire comme méthode de gouvernance et soutient que les pays voisins ont le devoir d’essayer de garantir des élections libres et de prévenir les violations des droits humains au Burkina Faso.

Basés sur une enquête nationale menée en mai 2015, ces résultats soulignent le fort soutien public pour la démocratie, au moment où le Burkina Faso renoue avec la transition politique momentanément interrompue par le coup d’état du 16 septembre 2015 perpétré par la garde présidentielle. L’Union Africaine, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (ECOWAS), et les Nations Unies ont condamné ce coup, et les leaders de plusieurs pays voisins ont joué un rôle actif de médiation dans la crise.

Télécharger le communiqué de presse complet.