AD17: Les Béninois notent sévèrement le gouvernement dans la lutte contre la corruption

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dispatches
2015
17
Houessou, Richard et Romaric Samson

Au Bénin, les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption au sein de l’administration publique sont décriés et, comparativement au Ghana, au Togo, et à la Côte d’Ivoire, le Bénin gère pire la lutte contre la corruption, selon le plus récent sondage Afrobaromètre.

En plus du fait que le nombre de citoyens désapprouvant la performance du gouvernement dans la lutte contre la corruption est passée du simple au double entre 2008 et 2014, les fonctionnaires de l’état, les hommes d’affaires, et certaines institutions sont indexés au regard de leur implication dans les affaires de corruption. Ainsi les hommes d’affaires, les policiers ou gendarmes, et les agents des impôts prennent les premiers rangs de ceux que les Béninoises disent sont « la plupart » ou « tous » impliqués dans les affaires de corruption.

L'enquête indique que les Béninois ont des difficultés significatives pour obtenir des services publiques, ce qui pourrait contribué à la proportion des citoyens qui se voient obligé de payer un « pot de vin » afin d’obtenir les services dont ils ont besoin. Pourtant, après avoir été victime de corruption, très peu de citoyens dénoncent l’incident à un officiel du gouvernement ou une autorité.