AD185: Recul à Maurice de la confiance envers les institutions et de la satisfaction démocratique

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2018
185
Louis Amédée Darga

L'engagement de Maurice en faveur de la bonne gouvernance se reflète dans la création de son Ministère en charge des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance, à l'accession au pouvoir de l'Alliance Lepep en 2014.  L'Indice de Gouvernance Africaine de la Fondation Mo Ibrahim atteste de la qualité de la démocratie mauricienne en classant le pays comme le pays le mieux gouverné en Afrique dans son rapport 2017 (Fondation Mo Ibrahim, 2017).

De même, l'efficacité des institutions mauriciennes a été longtemps reconnue comme facteur important du succès du pays en matière de développement. Selon l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques, la confiance envers les institutions est capitale pour le succès des politiques, programmes, et règlementations gouvernementaux qui dépendent de la coopération et du respect observé par les citoyens (OCDE, 2017).

Cependant, et selon la dernière enquête d'Afrobaromètre, les Mauriciens affichent moins de satisfaction avec leur démocratie et moins de confiance envers leurs institutions qu'il y a quelques années. Le soutien à la démocratie a diminué, et quoique soutenant fortement la concurrence politique multipartite et insistant sur la reddition de comptes par le gouvernement, les citoyens pensent de plus en plus devoir faire attention lorsqu'ils discutent de politique, et accordent à leurs dirigeants des évaluations de performance résolument mitigées.