Au Gabon, l’écrasante méfiance du public vis-à-vis de la CENAP et de la qualité des élections en toile de fond de la contestation électoral

Gabon elections 2016
Les élections
Afrobarometer

Le conflit autour de l'élection présidentielle du Gabon joue sur un fond de méfiance écrasante du public vis-à-vis de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) et des évaluations étonnamment négatives de l'environnement électoral du pays avant le vote d’août 2016, selon une nouvelle analyse d’Afrobaromètre.
Parmi 36 pays africains enquêtés en 2014/2015, le Gabon se classe en fond ou presque sur chaque indicateur de la qualité des élections, selon les réponses des citoyens recueillies en septembre et octobre 2015.

Le Gabon est classé dernier en matière de confiance du public vis-à-vis de la commission électorale: Une majorité (51%) des citoyens ont dit qu'ils ne font « pas du tout » confiance à la CENAP, et seulement 8% ont dit qu'ils font « très confiance » à la commission.

Le Gabon est également classé parmi les pires pour ce qui est de la perception de l'équité du décompte des voix, le caractère libre et équitable de sa précédente élection nationale (en 2011), la crainte d'intimidations ou de violences électorales, le traitement équitable des candidats de l'opposition, et la prévalence des électeurs soudoyés. Dans l'ensemble, les citoyens gabonais ont les perceptions les plus négatives de la façon dont les élections fonctionnent pour assurer que les représentants au Parlement reflètent les vues des électeurs et que les électeurs puissent révoquer les dirigeants qui ne comblent pas leurs attentes.

Télécharger le communiqué de presse complet.