AD110: Les Guinéens désapprouvent la gestion des problèmes prioritaires par le gouvernement

Introduction

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

AD110: Les Guinéens désapprouvent la gestion des problèmes prioritaires par le gouvernement
Dépêches
2016
110
Horace Gninafon et Djiba Kaba

En lançant ses objectifs de développement durable (ODDs), l’Organisation des Nations Unies relève que la mise en oeuvre de son nouveau programme exigera la participation de « tous les pays, toutes les parties prenantes et tous les peuples », en tenant compte « des réalités, capacités et niveaux de développement de chacun et dans le respect des priorités et politiques nationales » (Organisation des Nations Unies, 2015, pp. 2-3).

A cet effet, les résultats des enquêtes Afrobaromètre viennent apporter une contribution utile quant aux problèmes que les citoyens considèrent comme étant les plus importants, la manière dont ces problèmes sont gérés par les gouvernants, et les actions menées par les citoyens lorsqu’ils ne sont pas satisfaits de la performance du gouvernement.

Selon les données de l’enquête Afrobaromètre en 2015 au Guinée, les problèmes les plus importants auxquels le pays fait face et auxquels le gouvernement devrait s’attaquer sont l’accès à l’eau, les infrastructures routières, et le chômage. La grande majorité des citoyens désapprouvent la performance du gouvernement dans la gestion de ces problèmes.

Lorsqu’ils ne sont pas satisfaits de la performance du gouvernement, l’action préférée des Guinéens est de s’associer à d’autres personnes de leurs communautés pour demander l’intervention du gouvernement.