L’accès aux services publics et l’expérience de la corruption

La corruption
Afrobarometer

Selon la plus récente enquête d’Afrobaromètre au Burkina Faso, les Burkinabè affirment avoir des difficultés pour accéder aux différents services publics. Certains affirment avoir  été obligés de payer des pots de vin pour obtenir les services dont ils avaient besoin.

Ces données issues de l’enquête menée du 20 avril au 6 mai 2015 sont publiées au moment où le nouveau président élu le 29 novembre 2015 entre en fonction. Son gouvernement aura à consentir de nombreux efforts pour améliorer l’accès des Burkinabé aux services publics.

Résultats clés

  • Les Burkinabé éprouvent de grandes difficultés à obtenir des services publics. Les deux tiers d’entre eux disent qu’il est « difficile » ou « très difficile » d’obtenir des services auprès d’un agent des tribunaux. En outre, près de la moitié (45%) des Burkinabè rencontrent le même problème concernant l’accès aux services d’eau, d’assainissement ou d’électricité.
  • La majeure partie des services sont plus difficiles à obtenir en milieu urbain qu’en milieu rural.
  • Au moins un Burkinabé sur 25 déclare avoir payé au moins une fois un pot de vin pour obtenir les services dont ils avaient besoin.

Télécharger le communiqué de presse complet.