Journée de l'Afrique: Un soutien public plus ferme pourrait-il faire de l'intégration régionale en Afrique une réalité?

Le panafricanisme / l’intégration réegionale
Afrobarometer

Pour les partisans de l'intégration régionale en tant que vecteur de la puissance économique et politique de l'Afrique, les derniers résultats d'enquête d'Afrobaromètre suggèrent que beaucoup de citoyens ne sont toujours pas convaincus des avantages de l'intégration.

Publiés à l'occasion de l’édition 2016 de la Journée de l'Afrique (25 mai), ces résultats révèlent un soutien limité à l'intégration, avec de grandes variations d’un pays à l’autre et d’une région à l’autre. En moyenne à travers 36 pays, la majorité des Africains sont en faveur de la libre circulation des personnes et des biens aux frontières, mais la majorité dans 15 de ces pays n’est pas de cet avis. En plus, seulement un quart des citoyens affirment qu'il est facile de franchir les frontières internationales.

A choisir entre le respect de la souveraineté nationale et un rôle régional des états pour protéger la liberté des élections et les droits de l'homme dans les pays voisins, la plupart des Africains insistent sur la souveraineté nationale. Et tandis que la majorité des Africains considèrent que l'Union Africaine et les communautés économiques régionales sont tout au moins « un peu » utiles à leurs pays, ce n'est pas le cas dans tous les pays, et environ trois citoyens sur 10 n’en savent pas assez au sujet de ces organisations pour s’en faire une opinion.

Intitulé « Intégration régionale en Afrique: Un soutien public plus ferme pourrait-il transformer les discours en actes?, » le rapport se base sur presque 54.000 entrevues conduites dans 36 pays africains en 2014/2015. Il est disponible en Anglais et en Français.

Télécharger le communiqué de presse complet.