AD74: Bons voisins? Les Africains démontrent un sens élevé de la tolérance envers beaucoup, mais pas tous

Introduction

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Tolerance en Afrique
Dépêches
2016
74
Boniface Dulani, Gift Sambo, et Kim Yi Dionne

Certains spécialistes soutiennent que la tolérance est « l'endorphine de la politique démocratique », essentielle aux libres brassages politiques et culturels (Gibson et Gouws, 2005, p.6). Seligson et Morino-Morales (2010, p.37) reprennent cette opinion quand ils affirment qu'une démocratie sans tolérance pour les autres groupes est « désespérément défectueuse ».

Dans cette dépêche, nous présentons de nouvelles données sur la tolérance en Afrique résultant du Round 6 d'enquêtes d'Afrobaromètre dans 33 pays en 2014/2015. Alors que l'Afrique est souvent décrite comme le continent des divisions ethniques et religieuses et de l'intolérance, les résultats démontrent un niveau élevé d'acceptation des autres groupes ethniques, des autres religions, des immigrés, et des personnes vivant avec le VIH/SIDA (PVVIH). La proximité et le contact fréquent avec différents types de personnes semblent consolider la tolérance, comme le suggère les niveaux plus élevés de tolérance dans les pays avec des populations diversifiées et une forte corrélation entre l'acceptation des PVVIH et la prévalence nationale du VIH/SIDA.

L'attitude fortement négative de l'Afrique envers les homosexuels est une importante exception à sa grande tolérance. Cependant, même si le débat sur l'homosexualité a souvent dépeint l'Afrique comme une caricature d'homophobie, les données indiquent que cette intolérance n'est pas universelle: Au moins la moitié des citoyens de quatre pays africains affirment souhaiter ou ne pas trouver d'inconvénient à avoir des voisins homosexuels.

Cliquez sur "Télécharger maintenant" ci-dessous pour le rapport complet . Pour le communiqué de presse , cliquez ici.