AD63: Les Malgaches deviennent plus critiques vis-à-vis du fonctionnement de leur démocratie

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2015
63
Désiré Razafindrazaka, Laetitia Razafimamonjy, et Iraldo Luis Djao

La démocratie est fortement préférée à Madagascar, et une grande majorité des Malgaches rejettent des régimes non-démocratiques comme mode de gouvernement idéal pour le pays. Ceci, même si la plupart d’entre eux restent insatisfaits de la manière dont fonctionne cette démocratie au niveau du pays.

Selon une récente enquête d’Afrobaromètre, la quasi-totalité de la population malgache choisissent la tenue d’élections régulières, libres, et honnêtes comme méthode d’identification des dirigeants au lieu d’opter pour d’autres méthodes de choix. Et pour un citoyen sur deux, le mot « démocratie » est associé à la notion de liberté individuelle ou civile. Pour une grande majorité des Malgaches, chaque citoyen peut exprimer librement son opinion, voter le candidat de son choix, et adhérer à n’importe quelle organisation, sans aucune oppression.

Néanmoins, le fonctionnement de la démocratie au niveau du pays devient de plus en plus critiqué. Presque la moitié des Malgaches trouvent que le pays « n’est pas une démocratie » ou est « une démocratie avec des problèmes majeures », et trois citoyens sur quatre déclarent être insatisfaits de la manière dont celle-ci fonctionne. De plus, par rapport à 2005, cette proportion des insatisfaits a quasiment doublée. Cela pourrait être dû notamment à une forte perception de la corruption par les malgaches ainsi qu’à la mauvaise performance du gouvernement dans l’amélioration des conditions de vie de la population.

Ces données, aussi importantes soient-elles, axées sur l’appréciation de l’état et du fonctionnement de la démocratie au sein du pays, constituent des informations fondamentales pour les différents niveaux du pouvoir, afin d’identifier les efforts à entreprendre pour garantir l’égalité et les libertés dans le respect de l’intérêt général.