AD59: Les Burkinabè soutiennent la démocratie mais demeurent insatisfaits de son fonctionnement actuel

Introduction

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2015
59
Augustin Loada

La plupart des Burkinabè désirent la démocratie et rejettent toute forme de gouvernance non-démocratique. Toutefois, la proportion de la population satisfaite du fonctionnement de la démocratie au Burkina Faso a baissé par rapport à 2008, selon la dernière enquête d’Afrobaromètre.

En effet, une grande majorité de Burkinabè soutiennent la démocratie et rejettent toute forme de gouvernance par « l’homme fort », le régime militaire, ou le parti unique. Cependant, la mise en œuvre de la démocratie est décriée par les citoyens. L’insatisfaction quant à la manière dont la démocratie fonctionne s’est accrue depuis 2008. De 38% des répondants, elle est passée à 44% en 2015. Ainsi, alors que la demande de démocratie reste fortement élevée, l’offre de démocratie a diminué, laissant croire que le Burkina Faso connaît un déficit de démocratie.

Néanmoins, les valeurs démocratiques semblent fortement ancrées dans les attitudes des Burkinabè. Le concept de « démocratie » est connu par une grande proportion des répondants. Il est défini surtout par les libertés civiles ou individuelles; la paix, l’unité, et le partage du pouvoir; et le gouvernement par et pour le peuple. Les citoyens dans leur majorité insistent pour que les élections soient régulières, libres, honnêtes, et multipartistes afin de leur permettre de choisir leurs dirigeants. Enfin, pour neuf Burkinabè sur 10, la constitution devrait limiter l’exercice de la fonction du président à un maximum de deux mandats.

Ces données permettent d’appréhender les efforts accomplis dans la consolidation des valeurs démocratiques et  la nature du travail qui reste à faire pour tendre vers une plus grande adéquation entre l’offre et la demande de la démocratie au Burkina Faso.