Les Nigériens souhaitent la libre circulation transfrontalière des personnes et des biens

Le panafricanisme / l’intégration réegionale

Les Nigériens dans leur majorité (73%) disent que les personnes vivant en Afrique de l’Ouest devraient pouvoir franchir librement les frontières internationales pour faire du commerce ou pour travailler dans d’autres pays, d’après la plus récente enquête d’Afrobaromètre.

Mais de nombreux citoyens trouvent qu’en pratique, la libre circulation pose des difficultés.

Par ailleurs, environ trois Nigériens sur 10 disent que la CEDEAO et l’Union Africaine aident « beaucoup » le Niger. Cependant, les résultats révèlent que la moitié (51%) des Nigériens pensent qu’en Afrique de l’Ouest, chaque pays devrait respecter l’indépendance des autres pays, au lieu d’intervenir pour garantir des élections libres et de prévenir les violations des droits de l’homme dans d’autres pays.

Ces données sont très importantes car elles apparaissent au moment où on parle d’une part de globalisation ou de l’inter-connectivité des personnes et des biens et d’autre part du développement durable par le biais des aides multilatérales.

Télécharger le document.