BP139: Democratie et reformes institutionnelles : Perceptions et attentes des Beninois

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Briefing papers
2014
139
Anago, Romuald K., Richard Houessou and Azizou Imorou Chabi

Après plus de 20 ans d’expérience démocratique au Bénin, la révision de la Constitution du 11 décembre 1990 est mise en débat au sein de la classe politique et de la société civile. Ce débat se cristallise autour du nombre de mandats présidentiels et des conditions d’éligibilité des futurs présidents.

En effet, presque sûrement, il ne se passe apparemment plus une seule année sans qu’un dirigeant africain n’ait révisé ou tenté de réviser la loi fondamentale de son pays. Les exemples sont légions en la matière : Abdou Diouf du Sénégal en 1998 ; Sam Nujoma de la Namibie en 1999 ; Blaise Compaoré du Burkina Faso, le 11 Avril 2000 ; Lansan Conté de la Guinée le 11 Novembre en 2001; Eyadéma du Togo en décembre 2002 ; Omar Bongo du Gabon en 2003, etc.

Ce qui paraît le plus évident est que la plupart des Chefs d’Etat et ceux qui trouvent du plaisir à se donner à cet exercice constitutionnel semblent se "rendre compte" que la compétition pour le pouvoir ne peut se faire que : (1) si on ne limitait pas le nombre de mandats présidentiels ; et/ou (2) si c’était possible de jouer à volonté sur le nombre de candidatures possibles.