L'afrobaromètre contribue aux résultats de l'opinion publique à la nouvelle Newsletter de gouvernance africaine

  Professor E. Gyimah-Boadi: Le Professeur E. Gyimah-Boadi est co-fondateur et Directeur exécutif de l’AfroBaromètre. Il est également Directeur exécutif du Ghana Center for Democratic Development [Centre ghanéen  pour le développement de la démocratie].

Raison d’espérer et de passer à l’action: Perceptions des citoyens sur les priorités de la CADEG

Nombreux sont les moyens de mesurer les progrès réalisés pour atteindre une vision aussi riche et ambitieuse que la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance (CADEG) ; la perception qu’en ont les citoyens ordinaires est l’un des plus importants.  

Démocratie
Malgré des signes précurseurs d’une récession démocratique,le soutien de la population à la démocratie est plus fort qu’au cours de la décennie précédente,et la plupart des Africains indiquent vouloirplus de démocratie que ce dont ils bénéficient actuellement.

Elections
De nombreux Africains sont sceptiques quant à la gestion et à la qualité des élections dans leurpays.

Engagement des jeunes
L’engagement politique et civique des jeunes  Africains est en déclin et il est particulièrement peu élevé chez les jeunes femmes

Corruption
En se basant surles données de l’AfroBaromètre, Transparency International a estimé que près de 75 millions d’Africains avaient payé un pot-de-vin au cours de l’année précédente – certains d’entre eux dans le but d’échapperà une sanction policière ou  judiciaire,mais la plupart d’entre eux dans le but d’avoiraccès à des services de base.

Accès à la justice
La faible confiance de la population,les perceptions élevées du niveau de corruption et les difficultés rencontrées lors du contact avec le monde judiciaire font de l’accès à la justice un défi dans de nombreux pays africains.

Liberté d’association
Huit Africains sur10 se sentent au moins « plutôt libres » de rejoindre l’organisation politique de leurchoix.

Intégration régionale – Liberté de circulation
De nombreux citoyens ne sont pas encore convaincus des bienfaits de l’intégration

Liberté de la presse
Parmi les préoccupations croissantes quant aux restrictions imposées à la liberté des médias,les Africains soutiennent massivement l’indépendance des médias qui permet de demanderau gouvernement de rendre des comptes.

Tolérance
Contrairement aux idées reçues, les Africains expriment des degrés élevés de tolérance envers les personnes d’autres groupes ethniques que le leur(91 %),celles de religion différente (87 %),les immigrants (81 %) et les personnes qui vivent avec le VIH/SIDA(68 %)

Conclusion 

Si la demande de démocratie faiblissante, la faible confiance dans les commissions électorales, le déclin de l’engagement des jeunes et la perception d’une hausse de la corruption sont bel et bien des causes de préoccupation, elles sont aussi des appels à l’action, déclenchés par des conclusions encourageantes : les Africains veulent plus de démocratie que ce qu’ils ont déjà. La plupart d’entre eux veulent des élections de bonne qualité et des médias d’informations libres. La plupart d’entre eux souhaitent une lutte active contre la corruption et pensent pouvoir y contribuer.

En donnant aux citoyens ordinaires la possibilité de s’exprimer, les conclusions des enquêtes d’opinion peuvent nous indiquer des problèmes ou des occasions spécifiques à saisir. Les points saillants qui ne font que montrer une partie des problèmes nous incitent à creuser dans ces millions de données qui mettent en valeur les différences et les tendances par pays et par région, par sexe, par groupe d’âge et autres facteurs – toutes ces données, prêtes à être extraites et traitées par les personnes qui travaillent à une Afrique plus démocratique, plus équitable et plus participative.

Lire la newsletter ci-dessous:

Dividendes et Deficits Democratique en Afrique - Newsletter Gouvernance Africaine - Jan-Juin 2017